Coucou tout le monde !
Alors aujourd'hui je vous écrit un article un peu (beaucoup) différent de ce que j'ai l'habitude de faire. Sur la toile, on voit circuler en ce moment beaucoup d'articles , de vidéos, au sujet de l'anxiété, du stress, des "panic attacks" etc. Je vous renvoie ainsi à la chaîne de Zoe (Zoella) et le blog de Tanya Burr pour cela.
J'avais envie, ce soir, de vous faire ma version à moi, de vous exposez mon propre parcours. Car je pense que c'est un sujet qui n'épargne personne, car oui, nous sommes humain !
Bref, tout ça pour dire qu’étant moi-même humaine (non sans blague, je vous assure !), j’ai aussi de quoi raconter à ce sujet là.
Je ne suis pas atteinte par de véritables crises de panique où je tremble etc, mais je connais tout de même des moments de véritables stress et angoisse à certaines occasions.
 
Parfois je me dis que je suis la seule à ressentir cela, dans des situations qui me paraissent absurdes, et où j’ai l’impression que tout ceux autour de moi, eux, vivent très bien la situation.

Mon stress/angoisse, aussi loin que je m’en souvienne, a débuté en primaire. Finalement, les situations dont je parle sont très souvent reliées au contexte de l’école. Là où l’on commence finalement à être jugé, et à prendre conscience de l’image que l’on renvoie aux autres.

Ceci a pris une bien plus grosse ampleur au niveau du collège. Collège rime avec adolescence, donc complexes, sentiment de rejet et tout le tralala. Au collège je n’étais pas la sexy du coin non loin de la, ni la fille extravertie copine avec toute la classe. Moi, on me rangeait dans le coin des invisibles, des timides, des « celles-qui-n’ont-pas-d’avis-et-rien-à-dire ». J’étais jeune et laide (euh, ça veut pas dire que je me trouve bombasse maintenant non plus, mais bon !), très timide/coincée. J’avais une bande d’amies qui se comptait sur les doigts d’une main, mais cela m’allait. J’avais aussi un énorme cœur d’artichaut. Ce qui m’a valu plusieurs moments d’humiliation (pour moi le mot n’est pas trop faible). D’où le fait que j’ai eu de moins en moins confiance en moi, et que le regard des autres devienne de plus en plus pesant voir angoissant (ce qui entraine le fait que maintenant, rencontrer de nouvelles personnes me donne une SACREE boulle au ventre…). Par exemple, des cocottes (dont je ne citerais pas le nom ici…Si elles tombent un jour sur ce post, elles se reconnaitront, et seront sans doute surprise que je me rappelle aussi bien de cela) ; ayant créé une adresse msn sous un faux pseudo, m’avait fait dire des tas de choses sur mon « faible » du collège (Julien si tu passes par là, hello… !), pour évidemment aller tout lui balancer après et rire un bon coup à mon sujet. Je sais que ça parait anecdotique dit comme ça, mais c’est ce genre d’expérience qui m’a rendu difficilement sociable et en confiance en société. Ca, et évidemment je me suis de plus en plus renfermée en cours. Sur les comptes rendus de conseils de classe toujours la même chose : timide, on ne l’entend pas blablabla. C’est donc au collège que j’ai vraiment commencé à me refermer (tel un coquillage, oh joie), et à avoir peur de fréquenter des gens de mon âge.

Enfin bref ! Vous allez vous dire que ça n’a rien à voir avec l’angoisse etc mais je vous assure que si. Quand on commence à l’adolescence à ne pas avoir confiance en soi, en général, ça continue avec le lycée. Une spirale infernale en quelque sorte ! Nouveau lycée, nouvelle classe, nouvelles fréquentations, devoir tout recommencer … Et l’angoisse, toujours présente, d’être jugée : baisser la tête pour ne pas se faire interroger, rougir pendant les débats, alors que tout le monde parait tellement à l’aise… Ce n’est même plus que de l’angoisse, c'est la honte de se dire qu’a 16/17 ans, quand d’autres paraissent si sûr d’eux, on se sent différent, et des fois aussi très seule. Je ne veux pas paraitre mélo dramatique, je sais que beaucoup de personnes ont vécu/vivent la même chose. Les amis, vous n’êtes pas seuls à être passés par ces moments ! On peut s’en sortir, et je vous donnerai mes astuces plus tard dans ce post.

J’ai aussi des moments d’angoisse dans d’autre genre de situations : 

Par exemple dans les endroits où il y a un monde pas possible (magasins pendant les soldes, tram bondé, marchés…). La c’est une angoisse qui n’a absolument rien à voir avec l’angoisse scolaire/jugement. La c’est une impression plutôt étrange, comme si j’avais une partie du cerveau qui passait en mode off, j’ai l’impression de ne plus voir clair, que je perçois les choses autour de moi comme dans une autre dimension (dit comme ça, ça parait flippant !^^), j’ai des sueurs froides et comme une baisse de tension, et la j’ai besoin de m’asseoir et d’avoir ma dose de coca, oh que oui !

Ca c’est ce que je pense on relie plus facilement aux dites panic attacks, ce qui m’est déjà arrivé aussi dans une boite de Londres, où d’un coup je me suis sentie super nauséeuse et où je me suis mise à pleurer d’angoisse d’un coup ! 

Mais il est vrai que de mon côté angoisse est, le plus souvent, synonyme de situation/environnement « social et scolaire ». Mon angoisse, c’est surtout le jugement des autres, du fait d’une « self esteem » pas loin du zéro globalement. Mais ! Cela change et s’améliore avec le temps et je vous assure qu’en l’espace d’environ deux ans j’ai fais énormément de progrès que j’aimerais ainsi partager avec vous.

Deux éléments ont été en partie les déclencheurs d’un « nouveau moi ». Enfin, façon de parler, un nouveau moi dans le sens où je me sens beaucoup plus en phase avec moi-même, plus optimiste, plus fière d’être moi, tout simplement ! (et sans prétention aucune !:)) 

Tout d’abord, ma première romance ! Bien sur, avoir quelqu’un dans sa vie, ça change énooormément de choses. On se sent aimer POUR SOI. Par une personne extérieure. Etre aimée par sa famille, pour moi ça me semble évident (mais là, je sais que ça n’est malheureusement pas le cas pour tous..). Mais là, c’est quelqu’un qui t’as choisi pour toi, ta personnalité, ton caractère, ta personne. Je suis maintenant en couple depuis plus de deux ans à cette même personne (doudou si tu passes... Je t’aime !:)) . Et tout le monde l’a remarqué, ça m’a changé ! Ce n’est pas anodin. Bien évidemment !

Deuxième chose, j’ai passé 8 mois en Angleterre, ce qui m’a aussi fait énormément évolué. La débrouille, la démmerde, tout ça, ça vous botte les fesses ! J’ai du faire plein de choses par moi-même et cela m’a rendu bien plus débrouillarde et confiante. Je me suis dit que j’ai accompli quelque chose qu’à 17 ans (c’était en 2011) tout le monde n’a pas l’opportunité ni le courage de faire.

On passe un peu maintenant aux conseils/trucs/astuces pour ce sentir mieux dans sa petite peau, se sentir fière de soi, de ce que l’on est, et de notre place dans le monde :D


-          Partir de chez papa maman ! Pas évident, mais formateur !
-          Utiliser le net pour s’ouvrir, mais à bon escient bien sur ! Les blogs par exemple peuvent être à la fois une échappatoire, un journal, et un moyen d’exprimer sa personnalité sans un jugement trop « direct »
-          Se dire qu’avec le temps, ça va mieux : je sais, vos parents ont déjà dû vous le dire, mais au final c’est vrai !
-          Essayer de ne pas s’apitoyer sur son sort et d’essayer de changer. On dit souvent que changer c’est se mentir à soi même, s’aliéné, mais faire un effort et se bouger les fesses, ça en vaut la peine ! Prenez exemple sur l’article « Just say yes » de Zoe. Avant, elle refusait toute proposition de voyages et de sorties par peur : maintenant, en osant, elle s’aventure et en ressort plus vivante !
-          Dire merde ! oui, nous ne sommes pas parfaits. Personne ne l’est ! On ne se sent pas à l’aise dans un groupe ? D’accord. Dites vous qu’autour de vous, une autre personne est dans votre cas.
-          Penser positivement. On n’est qu’au début de notre vie ! En devenant adulte, c’est tout à fait normal de passer par des phases où on ne sait pas où se situer par rapport aux autres. Encore une fois, ça passe… !

Les amis, j’espère que ce loooong post vous aura plu. C’est quelque chose de très trèèès personnel alors, soyez doux :)
Je vous embrasse chers lecteurs !